APBA Brief

APAW Brief Beaconsfield.2016

Nouvelles printannières de l’APBA

Cher(e)s membres de l’APBA,

Nous espérons que la transition printanière que vous pouvez présentement observer dans le Bois Angell vous charme comme l’apparition des Erythrones d’Amérique et des trilles grandiflores et où les bourgeons des érables, frênes et ostryers de Virginie cèdent leur place aux feuilles d’été.

Vous savez peut être que dans le cadre de la mise en place d’une réglementation de zonage conforme au Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) et au Schéma de l’Agglomération de Montréal, la Ville de Beaconsfield est à réévaluer ses besoins à long terme en matière de développement et d’aménagement. Elle a créé un comité consultatif sur l’aménagement et le développement du territoire qui a pour mandat d’être à l’écoute des citoyens. Vu qu’une des initiatives présentées est la création d’un développement de haute densité de type TOD (transit-oriented development) dans le Bois Angell, l’APBA a soumis un mémoire détaillant les pour et les contre d’un tel développement en terme de revenus de taxation, de flux de trafic et de la qualité de vie des citoyens de l’ouest de l’Île. Ce mémoire est disponible sur notre site web : www.apaw.ca

Prenez note que notre mémoire a été soumis AVANT l’annonce du Réseau Électrique Métropolitain qui devrait être construit au cours des prochaines années, reliant l’ouest de l’Île au réseau de transport en commun du Centre-Ville avec des départs toutes les 15 minutes environ et dont la fréquence sera similaire à celle d’un métro. Ce nouveau système léger sur rail met encore plus en évidence que tout développement dans le Bois Angell ne pourra se qualifier comme une aire TOD. Les TOD sont censés attirer des résidents qui choisissent des modes de déplacement actif ainsi que le transport en commun et délaissant l’usage intensif de la voiture que l’on retrouve dans la banlieue traditionnelle. La faible fréquence de passage de trains sur la ligne Vaudreuil-Hudson mènerait immanquablement à la possession d’environ 2 voitures par ménage pour tous ceux qui s’établiront dans des condos adjacents à la station Beaurepaire.

Le nouveau Réseau Électrique Métropolitain représente une excellente nouvelle pour les résidents de l’Ouest de l’Île. Il est également une bonne nouvelle pour le Bois Angell.

Nous vous remercions de votre soutien soutenu et continu. C’est par les témoignages de la communauté que nous sauverons le Bois Angell.

Votre exécutif.

Invitation à l’assemblée annuelle de l’APBA 2016

Vous êtes cordialement invité à l’Assemblée générale annuelle de l’Association pour la protection du Bois Angell
Mercredi, le 16 mars, 19h30 à 21h30
À l’Annexe Herb Linder
303, Boul. Beaconsfield, Beaconsfield

Cette année, notre conférencier est Richard Gregson, biologiste (Fellow of Royal Society of Biology) et ancien président de Protection des Oiseaux du Québec. La conférence portera sur:

Les oiseaux du Bois Angell

Si vous êtes intéressés à vous présenter sur l’exécutif de l’Association, SVP veuillez-nous contacter à angellwoods@yahoo.ca avant vendredi le 11 mars 2013.

ORDRE DU JOUR

Rapport du président du conseil d’administration
Rapport de la trésorière
Richard Gregson
Élection du conseil d’administration

APAW/APBA Message à nos membres oct 2015

Cher(e)s membres de l’APBA,

Vous avez sûrement déjà entendu les dernières excellentes nouvelles. Le 22 octobre 2015, lors d’une conférence de presse tenue à l’hôtel de ville de Beaconsfield, la Ville de Montréal, au nom du conseil de l’agglomération de Montréal, a annoncé qu’elle s’était entendue avec la Société Saint Patrick sur l’acquisition de la propriété connue sous la désignation de Marian Hall, située dans le Bois Angell. Le prix d’achat de 3.5 millions de dollars proviendra du fonds régional dédié à la préservation des espaces verts et permettra à la Société Saint Patrick à se joindre à la liste d’anciens propriétaires fonciers privés qui ont fait leur ‘sortie honorable’ du bois. La Société Saint Patrick utilisera sans aucun doute cet argent à bon escient dans l’exercice dans ses autres œuvres de bienfaisance.

Ce nouveau lot conservé est directement lié aux autres ‘lots de conservation’ de la partie sud-ouest du Bois Angell actuellement détenus par la Ville de Montréal et la Ville de Beaconsfield. Il constitue une pièce majeur du puzzle qu’est la conservation du Bois Angell. La section boisée du lot de Saint Patrick se situe depuis longtemps ‘hors des sentiers battus’ pour les visiteurs du bois et présente une partie de la biodiversité la plus intéressante des bois. Il est le seul endroit où vous pouvez trouver des peuplements de peuplier deltoïde et de sumac vinaigrier, par exemple. Bon nombre des 14 espèces menacées que l’on peut trouver à travers le Bois Angell se trouvent également sur ce lot. Lors de la conférence de presse, M. Russell Copeman, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal en charge de ce dossier, a annoncé que la structure Marian Hall sera démolie et que le lot dans son entièreté, de sa limite nord jusqu’à sa partie sud qui longe l’avenue Elm, sera mis de côté à des fins de conservation.

Le transfert de propriété de ces 20 acres à la Ville de Montréal portera à environ la moitié (125 acres sur 250 acres au total) du Bois Angell qui est détenue par des entités de conservation (L’APBA et Canards Illimités) et par des gouvernements (la province, la Ville de Montréal et la Ville de Beaconsfield).

Cependant, vous vous souviendrez de notre message aux membres du mois de février dernier que le Schéma, ou le plan de zonage régional de Montréal 2015, a désigné environ 80% de la superficie du Bois Angell comme forêt régionale à être protégée. Le lien suivant vous permettra de consulter le plan d’affectation où l’on montre que tout le bois, sauf un 20%, a été désigné pour usage de conservation seulement.

http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/PROJ_URBAINS_FR/MEDIA/DOCUMENTS/SCHEMA_06_CHAP3_3.1.PDF

De ce 20% du Bois Angell qui n’a pas été affecté à la zone de conservation régionale, bon nombre de terrains du secteur longeant l’avenue Elm sont maintenant la propriété à des fins de conservation de la Ville de Montréal et de la Ville de Beaconsfield.

La Ville de Beaconsfield n’a pas encore procédé à la mise à jour de son règlement local de zonage, comme c’est requis par la loi, pour le rendre conforme aux règles régionales. Nous suivons de très près ce processus pour s’assurer, entre autres, que tous les espaces de conservation actuellement détenues par les Villes de Beaconsfield et de Montréal, seront en fait zonés ‘conservation’. Les élus actuels des Villes de Beaconsfield et de Montréal se sont révélés être de merveilleux partenaires dans le processus de conservation du Bois Angell. Nous devons consolider ces gains et nous assurer qu’aucune possibilité d’échanges de terrains pour permettre un développement futur existe, une fois que le conseil actuel soit remplacé suite à des élections.

Chapeau à vous, cher(e)s membres, encore une fois. Nos gouvernement font actuellement la ‘bonne chose’ avec votre argent et ce, suite à des décennies de lobbying respectueux mais ferme par les citoyens. Nous devons leur offrir nos remerciements. Ce processus est en cours dans toute la province, mais va parfois à l’encontre de certaines mentalités. Les dernières étapes menant à la protection de l’entièreté du Bois Angell seront les plus difficiles, mais nous y sommes à 90%. Restez informés et à l’écoute!

Votre exécutif de l’APBA

APBA – Message à nos membres fev 2015

Chers membres,

Comme vous l’avez sûrement entendu, le conseil d’agglomération de la Ville de Montréal, présidé par le maire Denis Coderre, a passé le 29 janvier 2015 un plan régional d’aménagement du territoire dans lequel la majorité du bois Angell est désignée zone de conservation.

Ce geste concret qui demande un certain courage politique de la part du maire Coderre et de son équipe mérite nos remerciements et notre appréciation, ainsi qu’au maire de Beaconsfield M. Georges Bourelle et son conseil qui, en tant qu’ élus, ont travaillé activement et avec enthousiasme pour réaliser ce plan. Des félicitations sont dues. N’hésitez pas à prendre le temps pour remercier vos élus locaux lorsque vous les croiserez. Un grand merci aussi aux anciens élus qui ont également milité en faveur de la protection du Bois Angell au cours des années.

En même temps, ce changement de zonage est aussi le résultat d’efforts continus ainsi qu’une pression politique appliquée par VOUS, nos 1000+ membres. Vous avez mis de l’avant une vision pour le meilleur usage communautaire de cette forêt précieuse et VOUS avez été persistants pour faire respectueusement valoir cette vision sur nos concitoyens et élus à travers les années.

Le contexte qui explique ce changement est la structure légale qui gouverne les entités municipales et régionales qui indique clairement qu’à chaque 5 ans, il est permis aux élus de réévaluer et parfois de changer l’usage permis de certains terrains sur leur territoire. Bien sûr lorsque des infrastructures extensives et des investissements ont été faits, il est peu probable qu’une municipalité retourne en arrière et change le zonage vert de ces derniers. Par contre lorsque des terrains n’ont jamais été développés, il est parfaitement admis pour un gouvernement municipal régional de changer les règlements pour soit permettre un usage futur différent ou s’assurer de la protection de ces terrains.

N’oublions pas que dès le début, ce processus formel a été demandé par les citoyens. À l’automne 2011, des centaines de mémoires ont été déposés par des individus et des groupes communautaires participant ainsi à la consultation publique portant sur le plan d’aménagement supra-régional, le PMAD (Plan Métropolitain d’Aménagement et Développement). L’APBA a présenté un mémoire ainsi que plusieurs autres membres de la Coalition Verte demandant aux gouvernements municipaux de prendre action dans le but de conserver et de protéger nos derniers espaces verts urbains. Le résultat fut que le PMAD, approuvé par le gouvernement provincial, prescrit que le bois Angell est une forêt d’importance régionale qui doit être protégée. Il est requis par la loi que ce plan qui vient d’être approuvé par le conseil d’agglomération soit conforme aux objectifs du PMAD, tout comme Beaconsfield est requis par la loi d’amender ses règlements pour se conformer à ce nouveau plan de l’agglomération.

Il reste toutefois d’importantes étapes. La province doit, dans un premier temps, approuver ce nouveau plan de l’agglomération. Puis, Beaconsfield doit adopter un nouveau zonage pour le bois Angell pour le rendre conforme au plan de l’agglomération. Idéalement les terrains privés qui sont maintenant zonés conservation seront achetés et déclarés “ réserve naturelle” , comme la réserve naturelle bois- Angell qui est gérée par l’APBA. Les fonds requis pour ce projet ont été mis de coté, et ce, il y déjà longtemps. Entre-temps, en raison de jugements obtenus par les propriétaires concernés qui ont déclaré que leurs terrains sont « indéveloppables » et “hors commerce”, Ils ne paient pas de taxes municipales sur leur terrain.

Du bruit et quelques débats auront lieu et même peut-être des tentatives visant à faire dérailler les étapes finales au projet de protection du bois Angell. Mais votre exécutif de l’APBA sera là pour vous, prêt à travailler avec vigilance afin d’atteindre notre but collectif de préserver le bois Angell.

En attendant, nous pouvons certainement commencer à célébrer ces victoires! Félicitations!